Critique du film Halloween Ends (Halloween Ends) | Le mal ne meurt jamais !


Si les deux premiers films, Halloween et Halloween Kills de David Gordon Green, étaient plus soucieux de rappeler et d’invoquer le passé, Halloween Ends consiste à le laisser derrière lui. Restez avec Zoomji et passez en revue ce film.

Le cinéma slasher nous a appris que les monstres ne meurent jamais. Il parvient à revenir de n’importe quelle manière – même de manière illogique et incroyable. En tant que célèbre tueur masqué de la série Halloween, Michael Myers, a toujours été retrouvé le soir d’Halloween au fil des ans. En ce sens, le titre Halloween se termine, pour le dernier film de la trilogie Halloween de David Gordon Green, cela peut sembler un peu étrange et fourbe. Parce que ce n’est pas la première fois qu’on voit la fin des meurtres de Michael Myers. Par exemple, dans Halloween 2, Michael prend feu devant Laurie Strode à la fin du film, et aussi à la fin d’Halloween 4, Michael est abattu et tombe dans une mine abandonnée. Ainsi, même si Halloween Ends est la dernière partie de la trilogie de Gordon Green, puisque la série existe depuis plus de quatre décennies, nous la verrons toujours continuer. Bien que la narration de Green de cette histoire ait atteint sa fin après quatre ans.

Le cinéma slasher nous a appris que les monstres ne meurent jamais. Il parvient à revenir de quelque manière que ce soit – même de manière illogique et incroyable

Halloween de David Gordon Green, sorti en salles en 2018, a été le point de départ de son ambitieux projet. Un film dont les événements étaient directement liés aux aventures de 1978 – et à l’Halloween de John Carpenter. Les personnages qui, après des années de ces aventures, ont de nouveau rencontré leurs pires cauchemars avec le retour de Michael. La plupart des Halloweens après The Witching Season (Halloween 3) n’ont jamais réussi. Les films qui ont dépouillé Michael de tout son sens et ne lui ont laissé que le mal et le meurtre. Mais avec Halloween 2018, Greene a essayé de combiner les coordonnées du monde d’Halloween de Carpenter avec l’esprit de notre temps, et aussi de donner une cohérence à l’histoire de Michael et Lori. Un film qui a su satisfaire dans une large mesure les fans du film original.

Si Halloween a montré que le monstre ne meurt jamais avec le retour de Michael, Halloween Kills l’incarnait comme une nature maléfique contagieuse. Bien que le film ait eu moins de succès que le précédent, il a pu fournir une interprétation sociale symbolique et acceptable de l’histoire de Michael dans le contexte du monde contemporain. En fait, Greene a essayé de faire avec Halloween ce que Carpenter en a fait la première fois (quoique dans une moindre mesure). Green Kills on Halloween montre que Michael est la force maléfique d’une société déviante. Un mal qui se propage comme un virus dans la société et infecte les gens.

Rohan Campbell passe d'un bon gars à un monstre dans Halloween Ends en tant que Cory

Dans ce qui suit, des parties de l’histoire du film sont mentionnées

“Le mal ne disparaît jamais, mais change de forme.” Ce sont les dernières phrases que Laurie Stroud écrit dans son autobiographie à la fin de cet épisode. Un livre qui est une description de sa vie et de ses événements traumatisants passés et des aventures d’Halloween. Halloween est passé, il s’agit de surmonter un traumatisme collectif et d’exorciser les traumatismes du passé. Une occasion de se retourner sur le passé, d’affronter ses peurs et ses traumatismes, et de les supprimer pour faire place à un nouveau départ. Un nouveau départ, qui bien sûr ne signifie pas le salut éternel, car comme l’écrit Stroud, le mal ne s’en va jamais.

Halloween est passé, il s’agit de surmonter un traumatisme collectif et d’exorciser les traumatismes du passé.

Ce qui définit de manière unique Halloween Endings avec Halloween Kills, c’est l’idée de la façon dont le mal se reproduit. Le vert tue à Halloween, présentant l’hystérie de masse face au mal comme la cause du mal. Où les habitants de Haddenfield, avec le slogan “Satan meurt ce soir”, confrontent la violence à l’apparition du chaos, qui se traduit par la prolifération de la violence. Le titre Halloween Kills – et non Michael Myers Kills – semble souligner cette idée. L’idée qui se termine à Halloween forme l’intrigue principale du film. En fait, Halloween 2022, plutôt que d’être un slasher traditionnel dans le style du monde d’Halloween, dépeint une histoire sur la façon dont une personne ordinaire se transforme en un personnage maléfique et destructeur.

Le film s’ouvre sur une introduction surprenante qui inverse l’intrigue de la nounou dans la série Halloween ; Où un jeune garçon nommé Corey (Rohan Campbell) prend soin d’un enfant gênant le soir d’Halloween 2019 et provoque accidentellement sa mort horrible. Cette courte préquelle pose la question, n’y aura-t-il plus de mal même si Michael disparaît ? Cette introduction nous dit que le mal peut disparaître même temporairement, mais l’impression de sa présence ne disparaît pas. Comme on le voit dans cette introduction, la nuit où on n’a pas de nouvelles de Michael, les gens ont encore peur et se méfient. Lors de la nuit la plus effrayante de l’année, le naïf Cory ressent les effets de cette paranoïa omniprésente. La peur et la paranoïa qui l’accusent de meurtre et changent son destin à jamais.

La scène de la mort de l'enfant au début de Halloween Ends

Ce qui définit spécifiquement Halloween Endings en ligne avec Halloween Kills, c’est l’idée de la façon dont le mal se multiplie.

Cette préquelle soulève également la question de ce qui est le plus effrayant : le monstre lui-même ou son imagination ? Michael a toujours une présence fantomatique et ténébreuse. Une présence invisible que l’on peut ressentir mais qui ne se manifeste pas facilement. Dans l’introduction du film, Green émet l’hypothèse qu’il peut être n’importe où, même s’il n’est pas vu. Comme dans la séquence d’ouverture, Michaeli n’existe pas dans la réalité. Mais la peur surmontée par Cory le transforme involontairement en criminel. La suggestion de Green est-elle que la peur et la paranoïa elles-mêmes peuvent être à la base du mal ?

Trois ans après l’incident (et quatre ans après les événements d’Halloween), avec un retour apparemment paisible en ville – mais les soupçons persistent – nous voyons Lori (Jamie Lee Curtis) essayer de vivre une vie tranquille avec son petit-fils (Andy Matichak) . être insouciant Il essaie d’écrire une autobiographie et de répondre à la question de savoir qui ou ce qu’est vraiment Michael. Mais peu de temps après, l’héritage de Michael terrorise à nouveau Haddenfield. Car bientôt l’essence de Michael pénètre dans l’existence d’un des habitants de la ville.

Jamie Lee Curtis dans le rôle de Laurie Strode voit le diable dans l'amant de sa fille dans Halloween Ends

Terminer une trilogie n’est pas une mince affaire. Car le dernier film d’une trilogie est la somme des trois. Où nous allons atteindre un point final significatif et satisfaisant

Kori, qui est devenu un paria après avoir été libéré de prison, est constamment harcelé et humilié par les habitants de la ville, en particulier un groupe de ses pairs. Parmi eux, seules Lori et sa petite-fille Alison sympathisent avec lui. Car tous les trois souffrent d’un traumatisme commun : des personnes rejetées qui s’unissent à la souffrance et à la solitude de l’autre. Travaillant maintenant pour son père dans une casse, il entre progressivement dans une relation amoureuse avec Alison avec la médiation de Lori.

Il semble que Corey soit prêt à commencer une nouvelle vie, tout comme Lori et Alison. Mais le harcèlement et le harcèlement constants de la société qui intensifient la culpabilité et la peur de la cécité du malade finissent par le transformer en ce que les autres disent de lui. Lorsqu’une Cory désespérée et traumatisée se jette d’un pont une nuit, elle se retrouve face à face avec le diable, Michael Myers, qui vit dans un tunnel abandonné de la ville. Gordon Green montre Michael alors qu’il continue de vivre dans un environnement sale et souterrain, comme s’il était devenu l’inconscient collectif sombre. Un diable qui vit dans les ténèbres cachées du monde normal qui l’entoure.

À partir de ce moment, Cory devient une victime de la société et devient un personnage vengeur qui détruit quiconque se met en travers de son chemin. De cette façon, on peut dire que Corey est une sorte de version impuissante et désespérée de Lori. Si Halloween 2018 a présenté Laurie comme une survivante dans un tourbillon de cynisme paranoïaque et de rage vengeresse attendant le retour de son ennemi juré – mais en choisissant finalement l’isolement – ​​Cory décide d’évacuer sa rage et sa folie à travers Haddenfield. La relation de Cory avec Michael renforce également Michael. C’est comme s’ils se connaissaient et se comprenaient sans échanger un mot. Laurie sent également que quelque chose en elle a changé après avoir vu Corey. Ce Cory n’est pas le bon garçon souffrant qu’il a connu.

Jamie Curtis dans le rôle de Laurie Strode dans Halloween Ends shooting

Corey représente une victime classique. Une bonne personne à qui on a tout enlevé à tort – le droit à une vie normale – et qui arrive à la conclusion qu’il ne sert plus à rien d’être bon. On peut dire qu’Halloween tourne presque autour de lui et que les aventures d’Alison, Lori et Michael se forment autour de lui. Mais cette idée d’histoire potentiellement bonne ne se développe malheureusement pas correctement et le film perd peu à peu son attrait initial au point de tomber dans l’abîme d’un drame jeunesse. L’histoire d’amour entre Cory et Alison se développe de la manière la plus clichée possible, et des choses comme la tension entre Alison et Lori – qui est gratuite et superficielle – ne font que nous distraire de l’idée principale du film.

Halloween se termine comme si Gordon Green lui-même s’était lassé de son ambitieux projet. Un film qui ne sait pas dans quelle direction étendre son histoire et ses idées et choisit finalement les voies les plus faciles.

Peut-être que l’une des raisons de ce problème est comme si Green lui-même ne savait pas quelle histoire du film il valorisait le plus : l’histoire de Corey et Alison ou l’histoire de Lori et Michael ? Le résultat de cette confusion est une sorte d’indécision dans le paiement des personnages et le développement de l’idée centrale du film. Par exemple, le traumatisme de Lori, qui n’est jamais clairement expliqué, devient soudain l’enjeu principal du film. Une personne qui décide de ne plus être une victime et veut commencer une nouvelle vie, mais finit par retourner à la guerre avec son vieil ennemi.

Alors qu’on est avec Corey pour une grande partie de l’histoire, il devient vite un personnage marginal qu’on aimerait sortir au plus vite du cadre du tableau et revenir sur l’histoire de Lori et Michael. Car le film préfère finalement rendre hommage au personnage principal de cette série, Laurie Stroud, pour qu’il puisse enfin lui offrir le cadeau de la rédemption. Une idée qui ne pouvait pas être l’histoire de ce film mais l’histoire d’une autre suite.

Terminer une trilogie n’est pas une mince affaire. Car le dernier film d’une trilogie est la somme des trois. Où nous allons atteindre un point final significatif et satisfaisant. Mais Halloween se termine comme si Gordon Green lui-même s’était lassé de son projet ambitieux. Un film qui ne sait pas dans quelle direction étendre son histoire et ses idées et choisit finalement les voies les plus faciles. Le film n’a ni le courage de garder Michael Myers complètement dans l’ombre (mais d’une manière qui nous fait sentir sa présence à chaque instant), ni ne peut relier ses histoires pas si cohérentes dans une connexion logique.

Article associé

Le film insiste sur le concept du mal jusqu’à son dernier tiers (comme dans les deux films précédents), mais dans la dernière partie, il décide de dépeindre une rencontre tout à fait objective avec lui : un combat avec un monstre incarné pour détruire le mal. Bien que l’idée centrale du film puisse encore être tracée en se référant aux dernières phrases de Lori, cela ne réduit pas l’absurdité et la superficialité de la confrontation finale avec le mal.

Jamie Lee Curtis affronte à nouveau Michael Myers dans Halloween Ends

Green veut développer l’idée que les monstres ne se produisent pas par hasard. Il n’est pas étonnant que dans ce dernier film de la trilogie, Michael n’ait pas grand-chose à faire comme d’habitude, et c’est Cory qui exécute ses actions brutales. Green veut aussi nous dire que ce sont les citoyens de Hadenfeld eux-mêmes qui créent un nouveau monstre. Comme ils l’ont peut-être fait avec Michael dans le passé. Mais le mal est-il vraiment détruit ? La noirceur peut-elle être surmontée Qui est Michael Myers ? Juste une incarnation du mal ou une vieille légende ? Au lieu d’aborder ces questions, Green nous laisse avec une confrontation superficielle et répétitive à la fin.

Il donne une incarnation très physique et discrète à un mal qui pourrait encore se cacher dans l’ombre. Michael, qui ressemble à un monstre à la retraite pendant la majeure partie du film, reprend le devant de la scène et se rend chez Lori. Un monstre qui se détruit au final plus facilement qu’on ne l’imagine.